Guides

les guides de l'anfe

Les guides sont à destination du grand public et des autres professions de santé afin d’expliquer les modalités d’intervention des ergothérapeutes.

Guide sur l'ergothérapie et l'enfant

Enfant en difficultés motrices, Et s'il s'agissait d'un trouble développemental de la coordination (dyspraxie) ?

Les professionnels de l’éducation nationale, et en particulier les enseignants, ont un rôle primordial dans le repérage des difficultés liées au Trouble Développemental de la Coordination (TDC)/dyspraxie.

C’est pourquoi des ergothérapeutes, avec le soutien de l’ANFE, et avec le concours de Dyspraxie France Dys (DFD), ont réalisé le document suivant.

Pourquoi ce document d’aide au repérage ?

Trois évènements majeurs sont intervenus en 2018, 2019 et 2020 :

  • La parution du guide de la Haute Autorité de Santé (HAS) intitulé « Comment améliorer le parcours de santé d’un enfant avec troubles spécifiques du langage et des apprentissages ? »,
  • L’expertise collective INSERM sur le TDC/la dyspraxie,
  • La mise en place des plateformes de diagnostic des troubles neurodéveloppementaux (TND) dont le TDC/la dyspraxie font partie (0-6 et 7-12 ans).

Ce document d’aide au repérage est par conséquent à la croisée de ces trois faits majeurs.

Enfant-difficultes-motrices-1086x1536
guide ergo_enfants

Comprendre l'ergothérapie auprès des enfants

Dotée d’une reconnaissance internationale représentée par la World Federation of Occupational Therapists (WFOT), l’ergothérapie trouve ses racines dans les liens qui existent entre l’activité humaine (“occupation”) et la santé1. Depuis sa création cette profession paramédicale occupe une place particulière auprès des enfants à besoins spécifiques, en situation de handicap ou de fragilité. Au fil des années, les preuves scientifiques démontrant l’importance de l’ergothérapie dans de multiples domaines se sont accumulées. Ces travaux, dont une grande partie porte sur l’ergothérapie en pédiatrie, ont permis le développement de pratiques basées sur la preuve (evidence-based practice).

En France, l’ergothérapie s’adapte en permanence aux changements d’orientation du monde de la santé et de l’éducation (virage ambulatoire du système de santé, développement de nouveaux dispositifs d’inclusion). C’est une profession qui sait être réactive au contexte dans lequel son intervention s’inscrit. Ce dynamisme lui permet de proposer un accompagnement spécifique qui répond de façon pertinente aux enjeux de santé publique et participe au développement d’une communauté plus juste et inclusive2. Dans ce cadre, faciliter la partici- pation des enfants et de leurs parents dans la société est une des priorités de l’ergothérapie.

Intervention précoce

L’ergothérapeute : un professionnel clé dans la détection et la prise en charge précoce des troubles du neurodéveloppement chez les enfants (0-7 ans). Une approche centrée sur la réduction des situations de handicap actuelles et futures. 

Intervenant dès la naissance et tout au long de la vie, l’ergothérapeute (occupational therapist) joue un rôle clé dans la démarche diagnostique des troubles neurodéveloppementaux.

 

Dès la suspicion de trouble et en amont du diagnostic, l’ergothérapeute interviendra efficacement, avec une approche basée sur les preuves, pour réduire les troubles et optimiser la participation actuelle et future, du nourrisson et du jeune enfant. Une prise en charge précoce, fonctionnelle et centrée sur les activités prioritaires pour l’enfant et sa famille permettra à l’enfant d’améliorer son engagement dans les activités et préviendra l’apparition de situation de handicap ultérieure.

guide_intervention_precoce

Guide sur l'ergothérapie et l'activité physique

Activite physique_Prescripteurs

Activité physique et affection longue durée

L’ergothérapie : une aide à l’engagement. Le dispositif intégrant l’activité physique dans le parcours de soin du patient en Affection de Longue Durée est entré en vigueur le 1er mars 2017. Il est issu de l’article 144 de la loi de modernisation de notre système de santé.

Le décret n° 2016-1990 du 30 décembre 2016 précise les conditions de dispensation de l’activité physique adaptée : elle est prescrite, sans remboursement, par le médecin traitant aux patients  atteints  d’une Affection de Longue Durée (ALD). « On entend par activité physique adaptée au sens de l’article L.1172-1, la pratique dans un contexte d’activité du quotidien, de loisir, de sport ou d’exercices programmés, des mouvements corporels produits par les muscles squelettiques, basée sur les aptitudes et les motivations des personnes ayant des besoins spécifiques qui limitent leur pratique dans des conditions ordinaires »