L’anosognosie dans la pathologie de l’accident vasculaire cérébral :Quel accompagnement en ergothérapie ?

10% des patients ayant eu un AVC souffriraient d’un trouble anosognosique. Or, ce trouble a un impact significatif sur l’indépendance et l’autonomie des patients dans la réalisation de leurs activités quotidiennes. L’ergothérapeute travaillant avec ce profil de patients va devoir concevoir des objectifs de rééducation afin que le patient anosognosique puisse réaliser de nouveau pleinement ses habitudes de vie. Mais comment faire lorsque le patient n’a pas conscience de ses troubles et notamment ses troubles cognitifs ? L’objet de cette recherche est de savoir comment les ergothérapeutes peuvent favoriser la participation des patients anosognosiques vis-à-vis de leur trouble cognitif après un AVC, à élaborer les objectifs de rééducation afin que le patient soit acteur de sa prise en soin.
Pour cela, nous avons interrogé cinq ergothérapeutes, questionnant leurs pratiques professionnelles et l’importance qu’ils apportent à la participation du patient anosognosique dans l’élaboration des objectifs de rééducation. Nous avons pu démontrer que les activités signifiantes et les mises en situations sur des activités importantes et en lien avec les habitudes de vies, sont des moyens propres à l’ergothérapeute, pour favoriser la participation du patient à l’élaboration des objectifs de rééducation. En effet, elles favorisent, dans une première étape, la réduction de l’anosognosie, et donc facilitent dans une seconde étape, la compréhension du patient sur ses troubles, ce qui l’amènera à élaborer les objectifs de rééducation. Enfin, il serait intéressant d’étudier le rôle de l’ergothérapeute dans l’éducation de la famille afin de les aider à mieux comprendre leur proche anosognosique