Le groupe en addictologie, un espace potentiel ?

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (2016), l’usage nocif de l’alcool serait un facteur étiologique dans plus de 200 maladies et traumatismes. En France, le ministère des Solidarités et de la Santé (2019) a réalisé récemment une campagne de sensibilisation afin de sensibiliser les français aux risques de l’alcoolisation sur leur santé. Cette étude a pour but de comprendre les retombées de l’accompagnement en groupe en ergothérapie sur le pouvoir d’agir des patients alcoolodépendants. Des entretiens semi-directifs qualitatifs ont été réalisés auprès de 3 anciens patients ayant été accompagnés en groupe en ergothérapie. L’objectif était de recueillir leur ressenti quant à l’influence des autres membres du groupe sur leur propre pouvoir d’agir.
L’analyse des résultats a montré que la mise en place d’un cadre et d’une relation thérapeutique par l’ergothérapeute permet aux patients de se sentir en sécurité lors des activités. Il peuvent alors reprendre confiance en leurs capacités et retrouver une certaine estime d’eux-mêmes dans l’espace protégé de l’atelier d’ergothérapie. Être entouré de personnes qui comprennent leur maladie les aide dans cette reprise de confiance. Forts des expériences de chacun, ils réalisent à nouveau leurs activités quotidiennes en sortant de l’hospitalisation. Les patients reprennent ainsi le contrôle de leur vie, ce qui participe au développement de leur pouvoir d’agir.

  • CAMILLE CHAUVINEAU
  • 2019
  • Alcoolodépendance – Groupe – Pouvoir d’agir
  • Alcohol dependence – Group – Empowerment
  • According to the World Health Organization (2016), the harmful use of alcohol is a cause in more than 200 diseases and traumas. In France, the Health ministry (2019) recently realised an awareness campaign to increase awareness of the risks of chronic drinking on French people’s health. The goal of this survey is to understand the influence of group care in occupational therapy on the empowerment of alcohol dependant patients. Semi-structured qualitative interviews of 3 former patients who had been cared for in group in occupational therapy were made. The purpose was to gather their experience about the influence of the other members of the group on their own empowerment. The analysis of the results showed that the context and the therapeutic relationship established by the occupational therapist promote a feeling of security for the patients. They can then regain confidence in their capacities and in themselves in the protective space of the occupational therapy workshop. Being surrounded by people who understand their disorder helps them in the recovery of their self-confidence. Building on each other’s experience, they resume their daily life activities when they leave the hospital. Patients regain a certain control on their life, and it participates in their empowerment.

  • ADERE (Ile-de-France)