Troubles de la déglutition – Interventin de l’ergothérapeute au sein de l’équipe de l’EHPAD

L’un des facteurs de dénutrition identifié chez la personne âgée résident en EHPAD est le trouble de la déglutition. L’ergothérapeute est l’un des intervenants de l’équipe impliquée dans la prise en charge de la dysphagie pour cette population. L’objectif de ce mémoire de fin d’études a été de rechercher les spécificités apportées par l’ergothérapeute au sein de l’équipe pluridisciplinaire assurant le suivi de la dysphagie de la personne résidant en EHPAD. L’étude de terrain a été réalisée au moyen d’entretiens semi-directifs, auprès de 4 ergothérapeutes exerçant en EHPAD. Les résultats montrent que l’ergothérapeute intervient en seconde intention. Son apport dans l’équipe est préventif des dysphagies, de par son expertise reconnue en positionnement. Il permet aussi à la personne de s’alimenter seule par d’autres adaptations. Il semble ne pas avoir conscience qu’il permet aussi de rééduquer l’indépendance au repas grâce aux transferts des acquis rendus possibles par les ateliers de groupe. De plus, il ne sait pas qu’apporter l’autonomie au repas renforce aussi la prévention des fausses routes alimentaires. Il serait intéressant de rechercher comment il pourrait prendre conscience de ce qu’il apporte dans ce domaine.

  • HÉLÈNE FUNGERE
  • 2018
  • ergothérapeute, dysphagie, équipe pluridisciplinaire, EHPAD
  • occupational therapist, dysphagia, multidisciplinary team, homes for dependent seniors.
  • Swallowing disorders (dysphagia) are an identified factor of undernutrition for elderly people living in homes for dependent seniors. The occupational therapist (OT) is one of the team members involved in the care of dysphagia in this population. The aim of this paper is to investigate the role of the OT in a multidisciplinary team in the care of residents with dysphagia in dependent elderly people’s home. A field study with semi-structured interviews of four OTs working in nursing homes was made. The results show that OT intervention comes in second-line. His/her contribution to the team prevents dysphagia through his/her acknowledged skill in body positioning. Additionally, the OT uses other adjustments: technical aids and adaptation of the environment, that also enable the resident to eat independently. These OT interventions contribute to the resident’s independence, even though OTs do not always seem aware of this contribution or knowing that they also contribute to the prevention of aspiration. It would be interesting to find ways to be make OTs aware of their contribution in this area.

  • ADERE (Ile-de-France)